12697460_230139307321577_2095834281580401002_o

Née à Thionville en 1965 et issue de la culture populaire, j’ai passé mon enfance entourée de potiers et sculpteurs. Dès mon adolescence, je travaillais les blocs d’argile dans l’atelier de poterie de ma mère ainsi que des pierres tendres. Je me suis formée ensuite au travail spécifique du marbre.

 Influencée par Constantin Brancusi et François Pompon, j’aime travailler les surfaces lisses et tendues à la manière de l’Ecole organique et des sculpteurs vitalistes du 20ème siècle.

 Je travaille en taille directe. Mes premières séries étaient inspirées des arts premiers et des antiquités grecques ou romaines. Aujourd’hui, mon imagination se focalise sur la représentation des êtres vivants et la recherche d’une nouvelle expression figurative.  Avec ma série les ZOIZOS, seulement trois lignes viennent suggérer les formes de ces animaux imaginaires. C’est un travail de réflexion sur l’apparence et la personnalité de chacun au sein d’un groupe. Une forme unique me sert de modèle pour créer une troupe de 50 individus différents.

« Dans un design élégant, Nadine Bouis taquine l’épure au flux tendu de la courbe. En ligne pure, elle concocte un humour tendre, directement perceptible dans ses volatiles polymarbrés, en ordre de parade et tenue de soirée. » (Jean-Louis Avril. Critique d’art)

Série le Zoizos:

Ces ZoiZos palmipèdes forment un groupe organisé, polissé et urbain au nombre strictement limité à 50. Leur hauteur peut attendre 1m20 sous le drapé de rutilantes patines… de bonne coupe et monochromes variés. Ils sont issus des convulsions tectoniques d’un marbre de haut lignage en taille directe sous le burin et l’enroulée de trois courbes de la plus belle venue. Le clonage de cette compagnie est le fruit de l’union de poudre de marbre et de résine polyester. Dans l’élégance brancusienne des lignes, Nadine Bouis y taquine l’épure à flux tendu et concocte un humour tendre, directement perceptible, quand ses volatiles s’ébattent en ordre de parade et tenue de soirée en toute sorte de mises en scènes et installations qui peuvent se projeter à l’infini.

thumb_58899286    thumb_58899285   thumb_58899277

Série: « Spirits » des hommages aux rêves

Dans une démarche très proche, les Spirits se laissent essentiellement porter par les miracles que prodiguent les dieux du hasard. La ligne d’une pierre pentue, pour le visage du Lover, accentue son expression contemplative. L’ébauche d’un nez creusé dans un marbre noir des Pyrénées, dans une apparente simplicité, exalte l’effet extatique. L’artiste a eu le coup d’œil du maître pour limiter son geste sculptural mais aussi le réflexe de fondre dans le bronze cette exceptionnelle expression. L’adorner d’une patine aux reflets bleu-vert et mordorés sublime l’irrépressible attente du Lover vers un baiser de tendresse et d’amour.

 Red Knight est également conçu dans une approche similaire. D’un abord plutôt hautain sous le heaume, le chevalier, en marbre rouge du Roussillon, semble avoir toujours habité ce bris de pierre dans l’aura, la noblesse et la grandeur d’un chef de guerre. Son histoire n’attend plus que notre regard pour nous être conté. Tout était déjà dans la roche et n’attendait que la main et le burin de l’artiste aux aguets.

thumb_54245741   thumb_54245737   thumb_54245734 (1)

Série: The masks

Au dédale des sentines, ce sont des cailloux laissés pour… contes dans lesquels bute l’imaginaire de Nadine Bouis. Des bris de stéatite d’une bonne quarantaine de centimètres où se façonnent les Masks dans l’anamorphose de leurs formes originelles. Ce sont des éclats qu’elle a adopté pour l’éternité en hommage à quelques grands hommes. Dans l’esprit et la profondeur sobrement descriptive, ces figures s’apparentent aux créations des Arts Premiers.

thumb_54227014    thumb_54227011    thumb_54227008